Le collectif Uklukk, C’est le matin – 18 mars 2019

Le collectif Uklukk, C’est le matin – 18 mars 2019

C’est le matin toute la journée,
on voudrait croire qu’on n’a jamais quitté le lit chaud douillet
ou que l’on rentre finir la nuit à n’importe quelle heure du jour
Sur cette place, on a laissé l’aube allumée dans un kiosque
Les informations y sont des poèmes, les gros titres y sont des vers qui creuse la pensée, mordent le présent.
Passant ! Viens t’asseoir dans l’attente des mots ! Viens perdre le temps qu’il faut pour boire des paroles et lire un café !

C’est le matin est une invitation au réveil. Éclaboussé de lumière jaune, couleur levé de soleil, l’espace est celui de la lecture. C’est une invitation depuis la vitre à rencontrer une page, un mur ; une invitation à s’asseoir écouter des textes dits, à lire des actualités alternatives ; puis à repartir quelques passages en tête, quelques bribes en poche.

Parce que chaque première chose perçue depuis l’éveil dessine l’ensemble d’une journée et notre disposition, disponibilité à l’intérieur, nous avons conçu pour le Kiosque vide de République à Rennes, un endroit de quelques minutes, entre chez soi et le travail. L’on peut y écouter et recevoir divers points de vue sur d’autres départs : le matin d’un nourrisson, vierge du monde et à la fois omniscient sur ceux qui le parcourent. Celui d’un homme qui part courir laissant le sang remonter et les pensées inonder son corps, rythmer sa foulée. Celui d’une personne qui depuis l’hiver, rêve de nouvelles destinations mais refuse les images préfabriquées de ces paysages désirés. Le matin, happés par les écrans, les réseaux dès l’œil entre-ouvert picotant. Les réveils amoureux en attente et attendus. Le matin, qu’il faudrait rendre toujours hâtif, alerte, apte, performant. La somnolence de tous, le corps en grève, fatigué, lascif, souple.

• Le collectif Uklukk
• https://www.facebook.com/Uklukk/

 

Le collectif Uklukk est actif depuis 2015 et est mené par Angèle Manuali & Mathis Berchery. Tous deux artistes, ils se retrouvent pour travailler ensemble à des projets d’installation et d’exposition, endossant tantôt casquette artistique, tentant celle du curateur. En travaillant avec le langage, l’image et la performance, le collectif cherche à développer des rapports nouveaux avec les objets, à penser une économie du soin et de la communauté artistique comme nécessaire à la pratique de l’art et à la transformation des habitudes communes.
le mot Uklukk a été inventé pour donner corps et voix à nos récits et anecdotes improvisées. La fiction est donc au coeur des projets du collectif, ressource de transmission de savoir, de réécriture, d’imaginaire, de décalage. Subrepticement l’humour s’y glisse.