vincent-michael-vallet- transitoire-le-kiosque-rennes

Vincent Michaël Vallet, 7 à la maison – 13 mars 2019

Dans ce lieu in-fréquenté, cette architecture oubliée, il faut offrir aux non – et possibles spectateurs des oeuvres qui ne le convoquent pas. Ils risquent, suivant leurs habitudes, de passer à côté sans même y prêter un regard. Ainsi dans ce petit kiosque aux sept fenêtres sont accrochées sept peintures tournées vers l’extérieur. Comme une vitrine. Elles mettent en scène sept animaux peints à l’aquarelle. Ils symbolisent historiquement les péchés capitaux. On les retrouve sur une série de gravures de Jacques Callot. La perception malveillante que l’on pouvait en avoir est inversée par leur aspect joyeux et coloré. Ce qui autrefois semblait négatif est propice aujourd’hui à tromper l’ennui et vivre plus intensément. Qu’ils toisent les passants dans ce lieu offrant un panorama sur la place publique, là où finalement tout se retrouve et se croise, évoque de plus ou moins loin l’idée du panoptique. On se demande alors si ces hôtes d’un kiosque devenu zoo ne se sont pas mis à nous surveiller. Peut-être encore, nous invitent-ils à les rejoindre.

Vincent-Michaël Vallet

 

Co-errance

A première vue, l’occupation de Vincent-Michaël Vallet génère un éparpillement d’objets ludiques et disparates, tirés d’un imaginaire toujours déjà enfantin et d’un rapport natif au monde. Dans cette constellation, qu’y lire ? Errance, plus qu’égarement, là où l’erre désigne l’élan acquis qui pousse dans une direction ; lancée qui atteint à un sens. La co-errance consonne alors comme seul lot de savoir possible.
Contre toute attente, il y aurait de la cohérence dans l’errance. Est-ce à dire que toute errance est déterminée ? Encore faut-il accepter de se mettre à l'(h)auteur de l’enfant – auteur de vue. Cet enfant qui, dans sa liberté de production et son autorité, est l’artiste par excellence – prélude. Consentir au déplacement qui conduit du lieu du sens commun et tranquille de l’adulte, celui qui sait, vers la proposition de la dissidence. Co-errer avec, être disposé à se laisser glisser vers une forme d’éloge du balbutiement, de la potentialité de l’ébauche.



Texte Alexandre Faure, psychologue clinicien © 2019

 

 

Vincent Michaël Vallet, 7 à la maison - 13 mars 2019 - Transitoire : Le Kiosque RennesVincent Michaël Vallet, 7 à la maison - 13 mars 2019 - Transitoire : Le Kiosque RennesVincent Michaël Vallet, 7 à la maison - 13 mars 2019 - Transitoire : Le Kiosque Rennes
Vincent Michaël Vallet, 7 à la maison – 13 mars 2019 – Transitoire : Le Kiosque Rennes

 

Vincent Michaël Vallet, 7 à la maison - 13 mars 2019 - Transitoire : Le Kiosque Rennes
Vincent Michaël Vallet, 7 à la maison – 13 mars 2019 – Transitoire : Le Kiosque Rennes